Abonnez-vous à notre infolettre

Recevez chaque mois des nouvelles de nos projets, nos évènements ou encore nos analyses en vous abonnant à notre infolettre

logo Entraide et Fraternité
9 octobre 2017  Actualités

Bénévoles en action

Une lumière dans les ténèbres

Trois semaines. Nous avons passé trois semaines du mois de juillet pour aller à la rencontre de nombreuses personnes au Burundi, au Congo (Sud Kivu) et au Rwanda, parmi les groupes de populations soutenues par Entraide et Fraternité.
Entraide et Fraternité avait demandé à des témoins de chaque diocèse belge francophone d’aller à la rencontre des responsables et des membres d’associations soutenues par les collectes de Carême dans cette région dite des Grands Lacs. Pour le diocèse de Namur-Luxembourg, votre serviteur était du nombre, diacre volontaire et bénévole.

Une impression générale

Cette impression est double : d’abord, un sentiment de malaise, de désespoir devant tant de pagailles (plus dans un pays que dans les autres), de laisser-aller, d’absence de structures, de pauvreté, voire de misère. On reçoit tout cela comme un coup de poing violent dans la tête, dans le ventre. Les bras nous en tombent. Mais, dans un deuxième temps, une lumière brille dans les ténèbres. Un germe semble pousser dans l’improbable : les associations qu’Entraide et Fraternité soutient font littéralement des miracles !

Les paysans qui veulent bien mettre leurs pas dans ceux de leurs guides voient leur vie changer. Les cultures ont un meilleur rendement, les enfants peuvent aller à l’école, les responsabilités des maris et des femmes se transforment.

En ayant une expression crue : « Oui, l’argent (parfois la piécette) que l’on met dans le panier aux collectes de Carême est bien utilisé et ouvre des perspectives de bonheur à des enfants, des hommes et des femmes qui sont faits de la même chair que vous et moi ». Un exemple clair et concret : grâce à Entraide et Fraternité qui soutient des projets, la cultivatrice ne récolte plus 100 kg de haricots mais... 700 kg !

Ceci dit, il faut des jeunes de plus de 50 ans comme nous pour supporter toutes les conditions du voyage, les routes qui n’en sont pas, un logement sans eau - voire sans électricité -, de la poussière dans les yeux, le nez, la bouche et tous les pores de la peau...

Quand nous posons les pieds sur le tarmac de Zaventem, nous avons une autre vision du monde qui doit tourner plus juste.

Jacques Delcourt, bénévole Entraide et Fraternité





Lire aussi

30 juin 2020    60 ans après l’indépendance de la RDC

Où en sommes-nous de la décolonisation ?

Interview de Julien TRUDDAIU, chargé de projet pour l’ONG Coopération Education Culture (CEC)
7 mai 2020    RD Congo

L’impact du coronavirus sur la sécurité alimentaire au Sud-Kivu

Selon les statistiques publiées actuellement, la RD Congo a déjà enregistré autour de 682 cas contaminés dont 34 décès et 80 personnes guéries. Dans la province (...)
24 avril 2020

Coronavirus en RD Congo : les femmes en première ligne

Témoignage de Nunu Salufa
Si le coronavirus continue de meurtrir la Belgique, il a dangereusement débuté son avancée dans les pays du Sud.

Retrouvez-nous sur : facebook twitter instagram youtube flickr