Inscription à la newsletter

logo Entraide et Fraternité
Echos des activités   2 mars 2018

Bilan positif pour la visite de Mgr Ntahondereye

Notre invité d’honneur de la campagne de Carême de Partage, Mgr Joachim Ntahondereye, vient de boucler son séjour en Belgique.

Invité d’honneur de la campagne de Carême de Partage d’Entraide et Fraternité, Mgr Joachim Ntahondereye, Président de la Conférence épiscopale du Burundi, a bouclé un séjour de 10 jours en Belgique. Il a rencontré les plus hautes autorités de l’Eglise (le primat de Belgique, les Évêques francophones, le nonce apostolique) et a été reçu dans toutes les sphères politiques influentes. Il s’est ainsi entretenu avec le Ministre de la Coopération Alexander De Croo, le Ministère des Affaires étrangères, la Commission des Relations extérieures de la Chambre au Parlement fédéral et les responsables de la Commission européenne pour l’Afrique centrale et le Burundi.

De ce point de vue, cette visite est un franc succès puisque tous les interlocuteurs de l’Évêque de Muyinga se sont montrés enthousiastes à l’idée de le rencontrer. Ils ont insisté sur l’importance pour eux de pouvoir bénéficier d’informations de terrain de première main et se sont montrés reconnaissant vis-à-vis d’Entraide et Fraternité de créer cet espace de rencontre. C’est aussi là que réside l’importance du travail d’associations comme la nôtre, qui tire notamment sa légitimité de ses contacts privilégiés avec le terrain. Toutefois, au travers notamment de rencontres avec les communautés de Wallonie et de Bruxelles, avec les bénévoles et les partenaires, avec la diaspora burundaise, avec des jeunes comme à Verviers ou au Collège Saint-Pierre à Jette, c’est une multitude de contacts positifs qu’a eus Mgr Ntahondereye avec la société belge sous de multiples formes (conférences, célébrations eucharistiques, rencontres politiques…).
Celui-ci est rentré à Bujumbura avec la satisfaction d’avoir, dit-il, « constaté l’élan de solidarité que suscite le Burundi auprès de la population belge mais aussi de ses décideurs : c’est le message que je ramènerai à mes compatriotes. L’intérêt était sincère, ainsi que l’inquiétude. On sent bien que, d’une certaine façon, les responsables belges et européens attendent de mon pays une évolution démocratique avant de s’impliquer plus avant dans la coopération. Je suis porteur d’un message d’espoir pour mon pays. »
Lors de ses contacts politiques, le Président de la Conférence épiscopale burundaise a pu constater qu’ au niveau de la Communauté internationale, la Belgique était en première ligne sur les questions relatives au Burundi et qu’elle reconnaissait à l’Eglise burundaise un rôle majeur pour faciliter la création d’un espace de dialogue politique dans l’espoir d’une transition démocratique. Il a aussi eu l’occasion de décrire l’impact réel et catastrophique pour la population de la suspension de la coopération bilatérale belge et européenne en raison des violations de Droits humains perpétrés par le pouvoir en place. Car si ces mesures sont vouées à sanctionner et affaiblir les autorités burundaises, c’est avant tout la population qui paye le plus lourd tribut. .Cette campagne de Carême 2018 porte tout spécialement sur la pratique de l’agroécologie et du rôle des femmes dans l’agriculture familiale en RD Congo et au Burundi, terrain sur lequel Mgr Ntahondereye s’est investi dans son diocèse. La rencontre avec le Ministre de la Coopération au développement, Alexander De Croo, a été l’occasion d’échanger au sujet du type d’agriculture à promouvoir pour permettre un développement soutenable : le Gouvernement belge, partisan du développement du secteur privé et d’une industrie agroalimentaire comme moteurs de développement, et les ONG comme Entraide et Fraternité, réunies au sein de la Coalition contre la faim, qui défendent le développement d’un tissu agricole résilient et fort, via la promotion d’une agriculture familiale durable et productive. « Nous avons expliqué au ministre que le modèle qu’il prône n’est pas adapté au degré de développement actuel du Burundi. Je pense qu’il a entendu notre message et y a été attentif », conclut Mgr Ntahondereye.
Pour plus d’informations sur la situation politique et agricole au Burundi et les recommandations portées par Entraide et Fraternité, consultez le document de plaidoyer.





Articles en rapport

26 mars 2018    Echos des activités

Quand l’agriculture paysanne résonne dans la chapelle du Hornay

Rencontre et débat intense avec les paroissiens
21 mars 2018    Vidéos    TV

Il était une foi…

Un avenir sans faim
19 mars 2018    Echos des activités

Des mots et des gestes au service de la dignité

« Très beau ! » s’exclame spontanément, quelqu’un dans l’assemblée. Les dernières notes du générique du film « Elles sèment le monde de demain » résonnent dans l’air. (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr