Inscription à la newsletter

logo Entraide et Fraternité
Echos des activités   19 mars 2018

Des mots et des gestes au service de la dignité

« Très beau ! » s’exclame spontanément, quelqu’un dans l’assemblée. Les dernières notes du générique du film « Elles sèment le monde de demain » résonnent dans l’air. Comme souvent, des applaudissements retentissent.

Durant la campagne d’Entraide & Fraternité, de nombreuses activités sont organisées à travers toute la Belgique francophone et germanophone. Outre des événements de grande ampleur, rassemblant parfois jusqu’à cinquante, quatre-vingt voire cent personnes, sont aussi organisés des temps de rencontre privilégiant la qualité des échanges et la convivialité. Ce fut le cas ce lundi 12 mars, l’après-midi à Tongre Notre-Dame puis en soirée à Chimay, et avant cela le samedi 10 mars à Strépy-Bracquegnies.

Grâce à la force du témoignage d’Anne-Marie Chishugi, animatrice au Comité Anti-Bwaki (CAB), les participants ont pris conscience des défis auxquels sont confrontés les cultivateurs – et plus particulièrement les cultivatrices – du Sud-Kivu. L’authenticité et le dynamisme de cette jeune femme de trente-quatre ans, mère de trois enfants, a touché le cœur de son auditoire, comme en témoignaient les nombreux remerciements et encouragements confiés autour d’une tasse de café, après les animations.

Ce témoignage met en lumière celles qui, trop longtemps confinées dans l’ombre, portent à bout de bras les espoirs et la subsistance même de leurs familles. Avec talent et sincérité, Anne-Marie décrypte également l’état de la situation dans sa région : la difficile mais indispensable harmonie à trouver entre les femmes et les hommes, l’impact des ONG (qu’elles soient humanitaires ou de coopération), l’instabilité politique, l’engagement de l’Église…

Un mot revient invariablement à l’esprit : dignité. Loin de l’image misérabiliste renvoyée par trop de reportages évoquant la Région des Grands Lacs, les paroles et les gestes d’Anne-Marie, comme ceux de Generose, de Germaine et de tant d’autres, nous démontre la vigueur et l’énergie déployées par les populations locales et les organisations telles que le CAB, pour mettre en œuvre une Terre qui tourne plus juste.





Articles en rapport

26 mars 2018    Echos des activités

Quand l’agriculture paysanne résonne dans la chapelle du Hornay

Rencontre et débat intense avec les paroissiens
21 mars 2018    Vidéos    TV

Il était une foi…

Un avenir sans faim
19 mars 2018    Echos des activités

Rencontre à Waremme

L’agroécologie au féminin pour lutter contre la faim dans l’Afrique des Grands Lacs

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr