logo Entraide et Fraternité

Inscription à la newsletter

15 juin 2015  Actualités

VIIIe Festa da Colheita

Il y a un temps pour tout

Il y a un temps pour tout : il y a un temps pour planter et un temps pour arracher ce qui a été planté. (Ecclésiaste)

La Commission Pastorale de la Terre (CPT), le diocèse de Goiás (état de Goiás), conjointement avec les autres partenaires, ont réalisé le 06 juin 2015 la VIIIe Festa da Colheita, dans la ville d’Itapuranga, bien connue pour la lutte pour la démocratisation de l’accès à la terre et qui est une référence régionale dans la production diversifiée d’aliments de l’agriculture familiale.

La Festa da Colheita des fruits de la terre et de la vie est l’occasion de rappeler et de célébrer tout ce qui a été planté et qui, aujourd’hui, peut être cueilli. Beaucoup de semences ont été jetées dans la terre et dans les gens : la semence de la lutte pour la réforme agraire, de la sensibilisation à la protection de l’environnement, de la lutte pour les peuples de l’Amazonie, de la dignité, de la citoyenneté, du riz, du maïs, des haricots et de la paix.

Fêter est synonyme de mise en valeur et de partage des expériences des communautés rurales de petits agriculteurs et de petites agricultrices, de où poussent et fleurissent des projets d’Espoir. Espoir de conquête d’autonomie, de souveraineté, de coopération, de solidarité, du respect de la nature et de la vie en plénitude.

La Fête est un espace de récupération d’éléments de la culture paysanne, comme le catira [1], les fileuses, et où sont représentés les fruits de la terre, tels que le riz, le maïs, le manioc, la banane et les légumes. Dans ce sens, au cours de la fête, le Prix Dom Tomás Balduíno sera remis à des personnes et des entités de la région qui sont engagées dans la lutte pour la réforme agraire, les droits de l’homme et l’environnement.

Le diocèse de Goiás, grâce son action pastorale coordonnée depuis 1968 par Dom Tomás Balduíno, et grâce à la continuité du travail assurée depuis 1999 par Dom Eugênio, est devenu un symbole national et international de la lutte pour la réforme agraire.

Alliée aux paysans, l’Église de Goiás a dû aussi affronter la persécution, car sa parole était chargée de prophétie. Comment pouvait-on se taire si la parole brûlait dans la poitrine ? Comment ne pas appuyer celui qui était en train d’être exploité et soumis à l’indignité ? Il n’y avait d’autre réponse que celle de transmettre la Parole de Dieu : « J’ai vu l’oppression de mon peuple, j’ai entendu ses gémissements et je suis descendu pour le libérer. » (Exode 3)

Au fur et à mesure, la lutte des posseiros [2], des locataires, des métayers et des salariés s’est identifiée avec l’histoire de la lutte et de la libération du peuple d’Israël. Ainsi, les paysans ont rompu avec l’idéologie latifundiste et ont commencé à croire que la volonté de Dieu était de les voir avec leurs droits sauvegardés et la justice réalisée.

La lutte et la conquête des paysans de Córrego da Onça, à Itapuranga, qui ont défié des oligarchies et permis la création de l’opposition syndicale, étaient des signes que les paysans avaient pris la décision de s’organiser pour modifier la trajectoire de leur histoire.

Les paysans ont créé leurs organisations et ont défini, comme le meilleur chemin, leur autonomie envers la CPT du diocèse de Goiás et envers l’Église elle-même. Cette attitude des mouvements paysans dans la région a été salutaire pour tous, surtout pour la CPT, qui a encore concentré ses efforts dans l’animation, la formation et l’articulation des paysans afin qu’ils renforcent leurs organisations, faisant ainsi naître d’autres formes d’organisation de ces travailleurs.

Le mouvement politique et économique actuel impose de nouveaux défis et de nouvelles définitions de stratégies d’action dans ce voyage prophétique de la CPT, ce qui fera certainement l’objet d’une profonde réflexion et d’une délibération dans cette « grande rencontre ».

C’est avec cet espoir, cette certitude, cette foi que la CPT, l’Église de Goiás et les autres partenaires ont invité, à cœur ouvert, les paysannes et les paysans et tous ceux qui se sont engagés dans la lutte pour la réforme agraire à participer à la VIIIe Festa da Colheita. Cet événement a eu lieu le 06 juin 2015, dans la ville d’Itapuranga, dans l’état de Goiás.

Aguinel Lourenço da Fonseca Filho
Commission Pastorale de la Terre – diocèse de Goiás



[1Danse du folklore brésilien.

[2Les possédants, c’est à dire munis d’un seul droit d’usage, sans droit de propriété.



tags : CPT Brésil

Articles en rapport

25 janvier 2017    Brésil

L’eau, c’est la vie !

Au Brésil, l’agro-industrie est omnipotente. Ses partisans, industriels et/ou grands propriétaires, occupent une place prédominante dans l’appareil d’État, et (...)
14 décembre 2016

Des Droits Humains pour les multinationales ?

Entraide et Fraternité fait son lobby tour !
Partout sur la planète, des entreprises privées multinationales ou domestiques sont accusées de violations de droits humains. Bien que plusieurs instruments (...)
20 octobre 2016

Libération de Valdir Misnerovicz

Lutter pour la réforme agraire n’est pas un crime organisé
En Avril, le tribunal de Goiás a émis un mandat d’amenée envers 4 membres du MST. Leur mise en prison a été exécutée sous le chef d’« Organisation Criminelle (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr