Inscription à la newsletter

logo Entraide et Fraternité
14 janvier 2014  Actualités

RDC - Sud-Kivu

Les 8èmes Journées Champêtres

Tous les deux ans le Comité anti Bwaki organise les journées champêtres.

Le Comité Anti-Bwaki (CAB) vient d’organiser les 8è Journées Champêtres. Les manifestations se sont déroulées du 3 au 4 janvier 2014, sur le terrain de la Paroisse de Murhesa, en Territoire de Kabare.

Depuis 2003, tous les deux ans le Comité anti Bwaki organise les journées champêtres, en collaboration avec ses partenaires à la base à savoir les comités de développement (CD), les groupements féminins et les organisations des producteurs.
Les journées champêtres sont un cadre d’échange entre les agriculteurs, les éleveurs et tous les producteurs, une occasion pour présenter les résultats atteints grâce à l’adoption des techniques durables de production vulgarisées par le CAB. C’est un moment pour les paysans de montrer leurs performances, leur créativité, leur détermination à vaincre la faim et la pauvreté et d’atteindre la sécurité alimentaire. Ces journées champêtres constituent, enfin, un cadre d’échanges culturels et économiques, un marché d’innovations pour l’agriculture paysanne et le développement local.

Les 8è Journées champêtres ont connu la participation de près de 3.000 personnes, principalement les délégués des organisations paysannes (Comités de développement, Groupements féminins, Coopératives agricoles, Mutuelles des Eleveurs, Associations d’artisans, Brigades d’Environnement, Jardins Scolaires,…. ) partenaires du CAB, mais aussi des représentants des services étatiques et des entités administratives au niveau local et provincial, des représentants d’autres ONG locales, ainsi que la population des localités de Murhesa. On y a noté la présence de la Ministre Provinciale de l’Agriculture, Pêche et Forêts qui a procédé à l’ouverture et à la clôture des manifestations, mais aussi des Chefs de Divisions Provinciales, des Centres de recherche (INERA, IRS) et des universités.

JPEG Les deux jours passés à Murhesa ont été fort éducatives. Malgré la réduction sensible des moyens financiers, le CAB a mobilisé tous les groupes de base ; ces derniers ont exposé des produits de leurs champs, de leurs élevages, de leurs activités artisanales. On a vu des courges de 26 kg, des régimes de banane atteignant jusqu’à 156 kg et 1,5 mètre de hauteur, un chou de 14 kg, une tige de manioc pesant 125 kg et portée par quatre hommes,…. ; mais aussi de belles vaches, des chèvres, des produits transformés localement tels le savon, le miel, la farine de maïs, le jus de fruit, le vin de canne à sucre, le vin de banane, les outils aratoires forgés, …

Les produits exposés par plus de 30 groupes de base et producteurs ont été de qualités et de quantités impressionnantes, témoignant de réelles potentialités, du dynamisme et de la maîtrise des techniques par les paysans, d’une volonté forte des populations pour sortir de la pauvreté.

Pendant ces deux jours, les participants ont échangé, dans le cadre des conférences-débats organisées pendant la journée en salles, sur cinq thèmes spécifiques, à savoir les défis du changement climatique, la gestion de terres rurales et la problématique de la sécurisation foncière, le wilt bananier ou la maladie du bananier, la décentralisation et le développement, la question des énergies renouvelables et de l’énergie rurale. Ces thèmes ont été développés par des experts provenant des universités et instituts supérieurs, des centres de recherche (INERA) et du mouvement associatif. Développés en swahili, les cinq thèmes ont connu une forte affluence et un réel intérêt des délégués des groupes de base.

JPEG La remise des ‘’prix aux meilleurs’’ (meilleurs producteurs et artisans, meilleur stand, meilleur manioc, meilleure patate douce, meilleur haricot, meilleure vache, meilleure chèvre, meilleur mouton, meilleure école dans le jardin scolaire, meilleure mutuelle de solidarité, meilleure coopérative agricole, meilleurs riziculteurs, meilleure brigade d’environnement, meilleur ménage protégeant l’environnement, …) a été un moment fort stimulant et plein de signification.

Mais les 8è Journées champêtres, comme pour les éditions précédentes, auront été aussi une occasion d’animation folklorique, d’éducation sur le genre, sur la paix, sur le travail et la lutte contre l’oisiveté et la facilité, une occasion pour interpeler les pouvoirs publics face aux difficultés causées sur la production locale par les distributions continues d’aliments dans une région de production, par rapport aux importations des vivres dont les prix viennent casser la production locale ; mais aussi un temps pour rappeler aux politiques leurs promesses de reconstruction et de développement, de bonne gouvernance, de démocratisation, de respect des droits humains et de la paix.

Les 8è Journées champêtres ont été un réel succès et une preuve de la capacité d’organisation du CAB, et de la confiance avec ses partenaires à la base.





Articles en rapport

9 octobre 2017

Bénévoles en action

Une lumière dans les ténèbres
7 septembre 2017

Bénéficiaires en action

Une femme ne pouvait pas élever une vache ! Le CAB a changé cela.
7 septembre 2017    Comité Anti-Bwaki

Les journées champêtres

Rendez-vous de la paysannerie congolaise
Assurer la sécurité alimentaire par une agriculture respectueuse de la terre et de ceux qu’elle nourrit, telle est la mission principale du (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr