logo Entraide et Fraternité

Inscription à la newsletter

12 mars 2014  Actualités

Rencontre Sud/Sud

Les partenaires du Sud au Chant d’Oiseau

Du partage de connaissances agricoles au respect de la place des agricultrices

JPEG - 83.9 ko
Les participants au rencontre Sud/Sud

La semaine du carnaval ne fut pas de tout repos pour 12 partenaires d’Entraide et Fraternité rassemblés à la Maison du Chant d’Oiseau à Bruxelles. En provenance de 9 pays différents d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie, tous sont actifs dans l’agriculture familiale durable dans leurs communautés respectives. Ce qui les unit également, c’est qu’ils font partie d’un programme global d’Entraide et Fraternité promouvant cette agriculture familiale durable ; programme appuyé financièrement par la coopération gouvernementale belge (DGD).

Dès les premières heures, les partages de connaissances sont ancrés dans la réalité quotidienne. Edouard (Madagascar) attire notre intérêt sur la production d’engrais naturel par lombri-compostage, Ana Yanci du Nicaragua a livré les détails de fabrication d’engrais organiques et Chung du Vietnam nous a parlé de pesticides naturels pour prévenir des maladies des plantes. Sans aucun doute, les partenaires autour de la table rentreront chez eux avec des idées concrètes à expérimenter et à mettre en œuvre dans leurs contextes respectifs.
Une autre journée fut consacrée au rôle de la société civile des différents pays pour promouvoir cette agriculture essentiellement vivrière, alors que les gouvernements mettent plus l’accent sur une agriculture intensive destinée à l’exportation. Pour Ernest (Burundi), la société civile est encore fragile car assez récente, alors qu’à Haïti, les mouvements sociaux luttent depuis pas mal d’années pour faire entendre leur voix au monde politique. Et pour José Luis du Guatemala, les mayas s’essaient dans un dialogue constructif mais difficile avec les pouvoirs locaux pour promouvoir une agriculture organique.

JPEG - 43.7 ko
Séminaire Sud/Sud

La place de la femme dans l’agriculture familiale a été abordée avec des contributions particulières de Leila et Simone (Brésil), Deo (RDC) et Gittel (Philippines). Dans les différents pays, les clichés et la domination des hommes font encore problème, même si les femmes s’organisent davantage au Brésil et aux Philippines.
Pour assurer les bénéficiaires et les bailleurs d’avoir atteint les résultats escomptés, un suivi méthodique est de mise. Et pour améliorer ce suivi, des méthodes et outils doivent être améliorés et partagés. Telle fut la conclusion principale de l’échange entre partenaires et chargés de projets d’Entraide et Fraternité consacré à cette problématique. Des outils seront préparés au cours des prochains mois avec une participation active des partenaires et de l’équipe d’Entraide et Fraternité.

JPEG - 78.4 ko
Visite à la ferme urbaine de Neder-Over-Hembeek

A côté de ces journées thématiques, les participants du Sud n’ont cependant pas oublié d’ouvrir leurs yeux sur les réalités belges, que ce soit au carnaval de Binche, où ils ont rencontré les fameux Gilles et d’autres « paysans », ou lors de la manifestation en faveur des droits des femmes organisée par Vie Féminine. Ils ont visité également des exploitations agricoles belges qui ont montré les réussites et les difficultés d’une agriculture organique et de circuits de commercialisation alternatifs.

Un tour en région, pour mieux cerner la problématique des exclusions en Belgique grâce aux équipes régionales de Vivre Ensemble, a complété ces échanges très fructueux qui laissent un petit arrière-goût de trop peu…
Pourquoi avoir fait venir toutes ces personnes à Bruxelles ? Eh bien, tout simplement pour partager leurs expériences et s’entraider mutuellement à trouver des réponses les plus pertinentes aux questions que chacun se pose. Et croyez-moi : ils en ont trouvé, des astuces et des connaissances nouvelles.

JPEG - 138.4 ko
Visite à le bergerie de Boisfort




Avec le soutien de


Articles en rapport

7 septembre 2017

Bénéficiaires en action

Une femme ne pouvait pas élever une vache ! Le CAB a changé cela.
7 septembre 2017    Comité Anti-Bwaki

Les journées champêtres

Rendez-vous de la paysannerie congolaise
Assurer la sécurité alimentaire par une agriculture respectueuse de la terre et de ceux qu’elle nourrit, telle est la mission principale du (...)
11 mai 2017

Un rayon de soleil...

Durant une semaine, nos partenaires Caico-Metha (Brésil), Abahlali (Afrique du Sud) et Réseau wallon de lutte contre la pauvreté se réunissent à Sao Paulo, au (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr