logo Entraide et Fraternité

Inscription à la newsletter

29 octobre 2014  Actualités

Philippines

Stop à l’assassinat des dirigeants autochtones

Lettre du Mouvement Pour la Paix à Mindanao

Stop à l’assassinat des populations autochtones dans la RAMM !
Appliquez la loi sur le droit des peuples autochtones maintenant !

En 2014, aux Philippines, l’accord de paix Bangsamoro entre le gouvernement et le Front Islamique de Libération Moro (MILF) a été finalisé et le Bangsamoro (peuple musulman) a obtenu le droit d’autodétermination dans des zones spécifiques à Maguindanao (zone de guerre civile dans le sud-ouest de l’ile de Mindanao).

C’est un grand pas en avant dans le processus de construction de la paix. Malgré cela, le problème entre les trois peuples – Musulmans (Moro), Chrétiens et peuples indigènes (Lumad) – n’est pas complètement résolu. Les droits des peuples indigènes à l’intérieur du pays Bangsamoro (territoire maintenant autonome du peuple musulman) n’ont pas été suffisamment clarifiés, et ils luttent toujours pour la reconnaissance de leurs revendications sur le domaine ancestral.

Sumpay, partenaire d’Entraide et Fraternité aux Philippines, est membre du Mouvement Pour la Paix à Mindanao (MPPM). Ils nous font parvenir une lettre de ce mouvement, suite à l’assassinat d’un chef tribal, défenseur du droit à l’autodétermination des peuples autochtones :

« Stop à l’assassinat des populations autochtones dans la Région Autonome du Mindanao Musulman (RAMM) !
Appliquez la loi sur le droit des peuples autochtones (IPRA) maintenant ! »
 
Le 2 octobre 2014, deux hommes armés et masqués ont tiré sur Timuay Lencio Arig, 56 ans, sa femme et sa fille, sur le chemin de son domicile, à Sitio Keninan dans la province de Maguindanao. Timuay a succombé à ses blessures par balles, tandis que sa femme et sa fille ont réussi à s’échapper.
 
Timuay Lencio Arig était chef d’un fenuwo (village tribal). En 2010, il avait été choisi par le Timfadalimud (congrès tribal) comme membre du conseil suprême des dirigeants de la Justice et Gouvernance Timuay (TJG), le système politique indigène des tribus Teduray et Lambangian à Maguindanao. Avec d’autres membres du conseil, il a dirigé la lutte de son peuple pour le renforcement des systèmes de gouvernance et de justice tribaux, la délimitation de leur domaine ancestral de 201 850 hectares et la protection de leurs droits contre l’accaparement des terres et l’envahissement de soi-disant « projets de développement » comme des exploitations minières et des plantations appartenant à l’agrobusiness. Cela en dépit de la non-application de la loi sur le droit des peuples autochtones (the Indigenous Peoples’ Rights Act - IPRA) dans la Région Autonome du Mindanao Musulman (RAMM) depuis sa promulgation en 1997, il y a maintenant 17 ans.
Cet assassinat s’ajoute à ceux de plus de 40 dirigeants autochtones tués alors qu’ils constituaient l’avant-garde de la défense de leurs droits sous l’administration Aquino. Mais ce triste incident ne fait pas qu’ajouter un nombre aux précieuses vies perdues. Plus encore, il soulève de sérieuses questions quant au type d’Etat que nous avons et à la façon dont il s’acquitte de ses obligations de soutenir les droits inhérents à la vie, à la sécurité et à la liberté des peuples autochtones au sein de la Région Autonome du Mindanao Musulman (qui sera bientôt appelé gouvernement Bangsamoros). Comment l’Etat veillera-t-il à ce que toutes les personnes vivent selon leurs droits tels qu’ils sont garantis par les dispositifs internationaux relatifs aux droits de l’homme ? Comment les politiques de l’Etat et les dispositions institutionnelles veilleront, par la Loi fondamentale Bangsamoro, à ce que les personnes à la marge puissent faire valoir leurs droits de manière démocratique, libre et sûre ?
En respect des droits humains et de la paix basée sur la justice et dans la poursuite du droit à l’auto-détermination des peuples autochtones, le Mouvement pour la Paix des Peuples de Mindanao considère qu’une seule personne autochtone tuée est trop. C’est un peu comme la grande leçon que « l’assassinat d’un est comme l’assassinat de l’humanité tout entière ». Par conséquent, nous condamnons l’assassinat de Timuay Lencio Arig et nous dénonçons toute violence faite contre les chefs indigènes, prenant la défense de leur droit inhérent à l’auto-détermination, au domaine ancestral et à l’identité.
- Nous appelons la Région Autonome du Mindanao Musulman-RAMM à enquêter sur l’assassinat de Timuay Arig et à faire des recommandations appropriées aux autorités pour traduire en justice les auteurs, et rendre justice à la famille et à toute la communauté de Teduray ;
- Nous appelons le gouvernement à s’acquitter de son mandat de protéger la vie de toutes les personnes, et en particulier d’initier des mécanismes pour enquêter sur le nombre croissant de meurtres sur des personnes autochtones pour faire progresser leurs droits contre le développement d’agressions (entre autres l’exploitation minière, exploitation et conversion massive des terres, construction de barrages) et apporter la justice et une solution globale ;
- Nous demandons à la Commission Nationale des Peuples Autochtones d’accélérer le traitement des demandes de Certificat de Propriété du Domaine Ancestral des populations Teduray, Lambangian et Dulangan-Manobo afin de les protéger d’autres harcèlements et violations provoquées par le développement agressif de projets mis en œuvre dans les domaines ancestraux sans véritable processus de Consentement Préalable, Libre et Informé ;
- Nous demandons aux législateurs philippins des deux chambres du congrès de protéger les droits des peuples autochtones dans la Région Autonome du Mindanao Musulman en veillant à l’articulation explicite et l’incorporation des quatre ensembles de droits comme norme minimale, qui comprend 1) le droit au domaine ancestral ; 2) le droit à l’auto-gouvernance et à la responsabilisation ; 3) la justice sociale et les droits de l’homme ; 4) le droit à l’intégrité culturelle dans la Loi fondamentale Bangsamoro de l’éventuel gouvernement Bangsamoro.
Comme engagement, nous promettons aux communautés des trois peuples à Mindanao d’intensifier nos efforts dans la campagne pour la promotion et la protection des droits de tous les peuples contre toute forme d’exploitation et de violation des droits humains.
Enfin, nous déplorons la perte de Timuay Arig, qui a lutté dur pour construire la paix par la promotion des droits des peuples autochtones. Alors que nous organisons une série de forums intitulés « Voyage tribal pour le droit à l’auto détermination » qui vise à informer le public des espoirs et indignations des peuples autochtones de Bangsamoro en octobre 2014 à Mindanao et Manille, nous lui rendons notre plus grand respect et hommage.
Sa vie et son service à la lutte Teduray et à l’ensemble des peuples autochtones pour les droits au domaine ancestral et à l’auto-détermination seront toujours une source d’inspiration et d’encouragement pour nous.
 
RODELIO N. AMBANGAN
Chairperson
 
JANEL E. PESONS
Secretary General




Articles en rapport

25 juillet 2017    Philippines - AKMK

Jeunes autour du thème de la paix

AKMK, partenaire d’Entraide et Fraternité aux Philippines œuvre à sensibiliser les jeunes à devenir des acteurs de promotion de paix et de convivialité entre (...)
29 mai 2017    Philippines

Des civils ménacés par des violences

Combats sur l’île de Mindanao, nos partenaires se mobilisent pour aider les civils !
15 mai 2017    Philippines

Mobilisation face au libre-échange !

Forum annuel des producteurs de riz philippins

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr