8 mai 2017  Actualités

Coalition contre la faim

Trop d’agriculture (commerciale) et pas assez de nourriture ?

Le ministre belge de la coopération au développement lance aujourd’hui sa nouvelle stratégie pour l’agriculture et la sécurité alimentaire. Mise en garde de la part de CCF.

Le ministre belge de la coopération au développement lance aujourd’hui sa nouvelle stratégie pour l’agriculture et la sécurité alimentaire. Intitulée « De la subsistance à l’entrepreneuriat », cette stratégie propose de stimuler (durablement) la productivité dans la chaîne agro-alimentaire.
La Coalition contre la faim met en garde contre l’insuffisance de ces approches économiques unilatérales. Afin de sortir de la pauvreté les 795 millions de personnes souffrant de la faim et ce, sur le long terme, des mesures différentes sont nécessaires.

Un réseau solide, mais peu d’audience

La Coalition contre la faim est un réseau de vingt ONG belges actives dans l’agriculture et le développement rural. Notre objectif est que l’agriculture familiale durable et la souveraineté alimentaire soient les piliers centraux de la politique de développement de la Belgique. Pour cela, nous possédons l’expertise et la légitimité nécessaires, entre autres grâce à nos partenaires dans les pays en développement. Lors de l’élaboration de sa nouvelle stratégie, la Belgique a cependant très peu tenu compte de nos connaissances et de notre expertise.

Accord sur les principes, non sur l’application

Deux principes forment la base de la stratégie : une croissance économique durable et inclusive et l’approche orientée sur les droits humains. Nous partageons ces principes mais ne sommes pas d’accord avec l’interprétation donnée.
« Une approche orientée sur les droits humains place l’autonomisation des détenteurs de droits au centre. Dans le cas du droit à l’alimentation, les premiers concernés sont les petits exploitants agricoles et les paysans qui ont faim », a déclaré Katelijne Suetens, employée à la politique du droit à l’alimentation chez Broederlijk Delen. La coopération au développement belge semble particulièrement donner la priorité aux droits du secteur privé à faire des affaires et à investir. « Les agriculteurs.trices familiaux ont la possibilité d’entreprendre mais sous certaines conditions : ils/elles doivent d’abord produire assez pour se nourrir et ensuite réaliser des excédents. A l’heure actuelle, ceci n’est pas le cas dans les 12 pays d’Afrique subsaharienne où la Coopération au développement belge est active. »
Ici, le manque insuffisant de garanties est un autre problème que le gouvernement ne semble pas reconnaître. Rien ne garantit qu’en soutenant le secteur privé dans ces pays, cela ne conduira pas à des violations des droits des petits agriculteurs, spécifiquement en l’absence de législation et de contrôle réglementé. Peu de garantie également que le secteur privé contribuera équitablement au développement économique local par le biais d’imposition correcte et d’emplois décents.

Nourrir 9 milliards de personnes d’ici 2050

En tant qu’organisations de la société civile avec des partenaires dans le Sud, nous nous concentrons maintenant sur l’augmentation écologique, sociale et économique durable de la productivité et de la
diversité des petites entreprises agricoles familiales. Nous cherchons à leur donner une meilleure résistance aux chocs climatiques et économiques. Notre appui se concentre dès lors sur la société civile locale, en premier lieu les organisations paysannes, afin qu’elle défende les droits des petits agriculteurs et des paysans et qu’elle promeuve la bonne gouvernance. Nous soutenons d’avantage l’entreprenariat qui favorise le bien commun et le bien-être des personnes de la société qu’un entreprenariat assujettit au profit. Nous sommes convaincus que cette approche est la plus efficace et pertinente pour prévoir de la nourriture en suffisance et saine pour la population mondiale en tenant compte des changements climatiques et avec une vue sur la population de 9 milliards de personnes estimée en 2050.

Plus d’information :

- Contribution de la Coalition Contre la Faim (CCF-CTH) sur « la nouvelle note stratégique agriculture et sécurité alimentaire » de la DGD, Avril 2016 –

- Position de la Coalition contre la Faim sur la proposition de Note Stratégique Agriculture et Sécurité alimentaire, November 2016 –





Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr