Inscription à la newsletter

logo Entraide et Fraternité
16 avril 2018  Actualités

Rapport de l’ONU

Mortalité plus précoce pour les femmes dalit

Une femme dalit meurt en moyenne 14,6 ans plus jeune qu’une femme de caste supérieure

Un nouveau rapport de l’organisation ONU Femmes constate qu’une femme de basse caste en Inde est exposée à une mortalité plus précoce en raison de la discrimination multifactorielle, d’une hygiène insuffisante et de soins de santé inadéquats. Le rapport mondial Transformer les promesses en actions : l’égalité du genre dans le Programme 2030, examine sous l’angle du genre les progrès et les défis dans la mise en œuvre de tous les 17 objectifs de développement durable (ODD) d’ici 2030.

« Les femmes les plus défavorisées sont souvent des femmes et des filles qui subissent de multiples formes de désavantages fondées sur le genre et d’autres inégalités … Cela peut conduire à des privations multiples où les femmes et les filles peuvent être simultanément défavorisées dans l’accès à une éducation de qualité, au travail décent, à la santé et au bien-être », indique le rapport.

Le rapport souligne également que le progrès pour les femmes est un prérequis si l’on veut réaliser des progrès pour tous, y compris en examinant comment les autres formes de discrimination sont influencées par le genre.

« Sur base des principes des droits humains d’égalité et de non-discrimination, cet engagement [à ne laisser personne de côté] reconnaît les inégalités multiples et croisées qui empêchent si souvent dans la pratique la jouissance pleine et égale des droits de groupes spécifiques. »

Un cas d’espèce est la discrimination fondée sur la caste et la situation des femmes dalits en Inde. Le rapport signale une disparité choquante dans les chiffres de mortalité, la femme dalit décédant en moyenne 14,6 ans plus jeune que la femme indienne en général. Un autre exemple donné est le taux d’alphabétisation pour les femmes indiennes des « castes répertoriées » (Dalits). Ce taux est inférieur à la moyenne nationale, ne représentant que 57%. Le rapport indique également que,

« La probabilité d’être pauvre est plus grande si une femme est sans terre et d’une caste répertoriée. Son faible niveau d’éducation et son statut dans la hiérarchie sociale font en sorte que si elle travaille contre rémunération, ce sera presque inexorablement dans des conditions de travail abusives. »

Le rapport souligne le besoin urgent d’aborder les multiples formes de discriminations conduisant à des privations groupées si l’on veut réellement réaliser des progrès pour atteindre les cibles des ODD

source : idsn.org
traduction : dalits.be





Articles en rapport

26 mars 2018

Les femmes et l’agriculture au cœur d’un colloque de haut vol

Près de 200 personnes ont assisté à une table ronde de haut vol autour de la place de la femme dans l’agriculture actuelle, tant au Nord qu’au (...)
6 mars 2018    Pétition

Défendons les droits des paysannes et paysans !

Depuis plusieurs années, Entraide et Fraternité défend l’agriculture paysanne dans le monde et ce, dans une perspective de souveraineté alimentaire. Paysannes (...)
2 février 2018

Des éblouissements au milieu du chaos

Dossier Burundi & RD Congo
La campagne du Carême de partage d’Entraide et Fraternité portera sur l’agroécologie au féminin dans deux pays d’Afrique centrale, le Burundi et la RD (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr