Vendredi 31 mars

Je pars à la découverte des banques alternatives

Les remous économiques de ces dernières années ne laissent plus de doute : les banques et le secteur financier en général ont une grande influence sur la marche du monde, et pas forcément en bien. Les Belges capitalisent 230,6 milliards d’euros sur leurs comptes d’épargne. Et si cet argent servait à financer des alternatives durables, écologiques et solidaires ?

Vu le manque de transparence du secteur, il n’est pas évident de savoir à quelles fins est utilisé l’argent que l’on dépose en banque. Quelques indices cependant :

  • Les banques sont impliquées dans la crise économique de 2008 et ses conséquences en raison de leurs investissements à risques. Elles ont été sauvées par les États (13% du PIB européen y est passé, soit 1600 milliards d’euros) en raison de leur rôle pour l’économie, les particuliers et les entreprises. Cependant, la plus grande partie des bénéficies du secteur est réalisée sur des opérations de marchés et ne finance donc pas l’économie réelle.
  • Investissements « sales » : les investissements de nombreuses banques financent et soutiennent d’une manière ou d’une autre des dictatures, l’industrie de l’armement, la violation des droits de l’homme ou des destructions de l’environnement. Selon le réseau international BankTrack, aucune des grandes banques n’est épargnée.
  • Banques « climaticides » : en 2011, 20 banques mondiales ont été qualifiées de « climaticide ». La nature des activités financées par les banques a, en effet, un impact important sur les émissions de gaz à effets de serre. Or, le financement du charbon a doublé entre 2005 (date d’entrée en vigueur du protocole de Kyoto) et 2010. D’après l’Agence Internationale de l’énergie, le charbon devrait être la première source mondiale d’énergie d’ici 5 à 10 ans.
  • Spéculation alimentaire et accaparement des terres : dans un contexte de crise économique, les investisseurs diversifient leur portefeuille et profitent de l’augmentation des prix des terres et des matières premières, qu’ils entretiennent à leur tour. Ce sont ces mécanismes qui ont déclenché des émeutes de la faim dans 25 pays en 2007-2008. Les prix ont à nouveau flambé en 2011 et restent très instables. Une situation qui n’épargne pas l’Europe. Selon le CNCD-11.11.11, « le secteur financier privé européen est bel et bien en train de dégager des profits colossaux […] en spéculant sur les besoins alimentaires et en participant à la confiscation des terres cultivables ». Les fonds de pension sont aujourd’hui ceux qui investissent le plus dans ces terres.
  • Financiarisation de la nature : dans l’espoir d’améliorer la protection de la biodiversité, il existe aujourd’hui une tendance à évaluer monétairement les services des écosystèmes et à les vendre comme des marchandises sur les marchés. Si l’idée est intéressante, le marché mondial du carbone et les dispositifs REDD (par lequel les pays émetteurs de gaz à effet de serre financent des projets visant à réduire la déforestation) pour lutter contre les changements climatiques ont déjà montré des dérives : effet d’aubaine et spéculation financière, remise en cause des droits de populations locales et poursuite des émissions.
  • Dérives démocratiques : pour protéger leurs intérêts et leurs investissements, le lobbying des institutions bancaires auprès des pouvoirs politiques est intense. Quelques 700 experts, bénéficiant d’un budget de 300 millions d’euros, travaillent ainsi à Bruxelles. De plus, les conseils consultatifs qui orientent les réglementations financières se composent majoritairement de banquiers. Enfin, d’anciens collaborateurs des grandes banques, Goldman Sachs en tête, sont de plus en plus nommés dans des postes clés des institutions internationales et européennes. (source : http://www.ecoconso.be/fr/Une-finance-ethique-solidaire)

Alors, convaincu ? Pour sortir de ce monde bancaire, nous vous proposons de vous renseigner, voire d’ouvrir un compte dans une banque alternative. Une finance éthique, solidaire, alternative, c’est possible ! Regardez :





Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr