Abonnez-vous à notre infolettre

Recevez chaque mois des nouvelles de nos projets, nos évènements ou encore nos analyses en vous abonnant à notre infolettre

logo Entraide et Fraternité
1er mars 2021  Actualités

Haïti au bord de l’implosion

Le refus du président haïtien, Jovenel Moïse, de quitter le pouvoir malgré la fin de son mandat a précipité davantage le pays au bord de l’implosion.

Frédéric Thomas, chargé d’étude au CETRI et ancien chargé de partenariat Haïti au sein d’Entraide et Fraternité, a publié le 16 février deux cartes blanches afin de dénoncer une situation intolérable : « Haïti et le silence de la Belgique » dans le journal le Soir et « Ce n’est pas possible que ça continue comme ça » dans la Libre Belgique.

Comment les organisations haïtiennes peuvent-elles réagir ? Comment la société civile européenne peut relayer les revendications des organisations haïtiennes ? Ces questions feront l’objet d’un webinaire organisé par la Coordination Europe-Haïti (Co-EH) et Stop silence Haïti qui aura lieu le mercredi 3 mars 2021. Envie d’y participer ?

Une dérive autoritaire

Malgré la fin de son mandat le 07 février 2021, Jovenel Moïse a décidé, au mépris de la loi et de la Constitution, de ne pas quitter le pouvoir. Une nouvelle manœuvre qui renforce la dérive autoritaire, rappelant l’une des périodes les plus sombres de l’histoire d’Haïti.

Cette situation a suscité une indignation profonde au sein de la société haïtienne, qui ne compte plus les attaques contre la démocratie ainsi que les nombreuses exactions commises par les autorités, avec la complicité des gangs armés qui se sont multipliés sous Jovenel Moïse.

L’église catholique d’Haïti, qui affirmait le 02 février que personne ne pouvait être au-dessus de la loi, souligne "l’extrême détresse" d’un pays "au bord de l’explosion". "Le quotidien du peuple, c’est la mort, les assassinats, l’impunité, l’insécurité. Le mécontentement est partout".

La SOFA en danger

Le premier décret pris par Jovenel Moïse après le 7 février est emblématique de la dérive autoritaire : il ordonne la mise à la retraite de trois juges de la Cour de cassation. Ce décret implante également une zone franche agro-industrielle d’exportation, symbole d’un modèle de développement capitaliste qui se fait au mépris de l’agriculture locale et fait d’Haïti un des pays au monde où l’insécurité alimentaire est la plus élevée.

Une partie des terres visées par ce projet appartient pourtant à l’organisation de femmes paysannes, la SOFA (Solidarité des Femmes Haïtiennes), partenaire d’Entraide et Fraternité. La SOFA, qui cultive ces terres dans le cadre de leur ferme-école, fut déjà la cible en juillet 2020 de plusieurs attaques violentes, orchestrées notamment par l’homme d’affaires André Apaid et l’ancien Ministre de l’Agriculture, Fresner Dorcin, afin d’accaparer ces terres et faciliter ainsi l’implantation de cette zone franche qui était déjà en projet.

Le silence de la communauté internationale

À plusieurs reprises, des députés écolos et socialistes ont interpelé les autorités belges sur les dérives du régime, les attaques armées contre la SOFA, organisation soutenue par la coopération belge au développement, ainsi que, plus globalement, sur la surdité de l’international à entendre les revendications des acteurs haïtiens.

Dénoncé par tous en Haïti, le président Jovenel Moïse garde de manière incompréhensible la confiance de la communauté internationale. En restant silencieux face à son maintien au pouvoir, la

communauté internationale contribue au retour de la dictature, elle est devenue complice d’un pouvoir qui engendre une grande pauvreté, la violence des gangs, l’insécurité alimentaire, etc

Quelque chose doit changer ici

Le 9 mars 1983, de passage en Haïti, sous le régime dictatorial de Duvalier, le pape Jean-Paul II avait déclaré, devant une foule de fidèles : "Quelque chose doit changer ici". L’appel résonna auprès d’une population, qui avait soif de changement, et qui allait renverser la dictature trois ans plus tard.

Combien de temps sera nécessaire cette fois ? Que pouvons-nous faire pour faire respecter l’État de droit, la démocratie ?

Ces questions feront l’objet d’un webinaire organisé par la Coordination Europe-Haïti (Co-EH) et Stop silence Haïti qui aura lieu le mercredi 3 mars 2021. Envie d’y participer ?

Si vous désirez retrouver l’intégralité des deux cartes blanches de Frédéric Thomas :





Tags : SOFA Haïti

Lire aussi

17 avril 2021    Lettres, déclarations, communiqués    Communiqué de la CoEH - Journée internationale des luttes paysannes

Haïti : la sécurité alimentaire en péril

Projet de zone franche à la Savane Diane
La Coordination Europe Haïti souhaite exprimer sa profonde inquiétude et son soutien aux organisations paysannes après l’arrêté présidentiel du 8 février (...)
23 mars 2021 • 20h00 –21h30 Agenda

Haïti : la longue marche vers le changement

Entraide et Fraternité vous donne rendez-vous le mardi 23 mars à 20h pour une conférence sur le thème "Haïti : la longue marche vers le (...)
4 mars 2021

Haïti : sécurité alimentaire menacée

La sécurité alimentaire de toute une population menacée par une politique libérale autoritaire en Haïti.

Retrouvez-nous sur : facebook twitter instagram youtube flickr