logo Entraide et Fraternité

Juste Terre ! n° 159

Quand on parle de solidarité internationale ou de coopération au développement, on pense prioritairement au travail de terrain, effectué - en tout cas dans la philosophie d’Entraide et Fraternité - par des partenaires locaux.

Un travail qui prend généralement une dimension extrêmement concrète. Pourtant, le travail des ONG de développement ne se limite pas à cela. Loin de là. Dans une logique de ponts jetés entre nord et sud et de formation de citoyens critiques et engagés, la dimension politique est également primordiale. Ce numéro vous invite à la découvrir.

Plus de politique pour plus de justice sociale
Un peu comme le Monsieur Jourdain de Molière faisait de la prose sans le savoir, on pourrait penser que tout le secteur des ONG fait de la politique sans le savoir. De la politique, soutenir des paysans du fn fond des Philippines, d’Afrique centrale ? Oui, tout est politique puisque, dans une logique de « battement d’ailes du papillon », un palétuvier planté à Mindanao ou une chèvre élevée au Sud Kivu peuvent avoir des conséquences chez nous en termes d’environnement ou de migration.
La première mission du secteur politique d’Entraide et Fraternité, qui ne fait pas du politique sans le savoir donc mais en le sachant parfaitement, est de permettre au public du nord, en l’occurrence au public belge francophone, d’appréhender l’idée que des problématiques qui semblent propres aux pays du sud entrent en résonance avec la réalité de nos pays. La dernière campagne de Carême a notamment pu montrer que l’accès à la terre des jeunes Philippins pouvait faire écho aux diffcultés des jeunes agriculteurs belges.
Au-delà, la mission politique d’Entraide et Fraternité consiste aussi à sensibiliser les décideurs afn de leur faire prendre conscience des enjeux communs au nord comme au sud. Dans cette perspective, l’imminence des élections belges et européennes représente un levier privilégié pour faire évoluer les dossiers à échelle du continent. La priorité pour 2019 est de voir l’Union européenne remettre en cause l’ISDS, ce mécanisme d’arbitrage privé des différends entre États et multinationales qui, à ce stade, constitue un frein à la justice sociale. Au nord comme au sud.




Articles en rapport

17 avril 2019

L’indispensable travail de l’ombre du secteur politique

Interview Hélène Capocci
12 avril 2019    Echos des activités

Une campagne a germé en Brabant wallon

Mi-mars, nos partenaires philippins atterrissaient en Belgique. Après un long trajet, peu d’heures de sommeil et un bon décalage horaire, nous retrouvons (ou (...)

9 avril 2019    Echos des activités

Dire nous

Une après-midi pour « dire nous » à Verviers, avec Doreen

Retrouvez-nous sur : facebook twitter instagram youtube flickr